Laurent FIOCCONI


Laurent Fiocconi, surnommé Charlot, est né en 1941 à Perpignan. Son père étant mort en déportation en 1944, il est élevé à Pigalle par ses oncles, mafieux corses, voyous et proxénètes. Il s’adonne très vite à la délinquance et hérite en 1960 des bars de l’un de ses oncles. Sa rencontre avec Jean-Claude Kella en 1965 est décisive. Les deux hommes, inséparables, deviennent braqueurs, puis passeurs de drogue. C’est en 1968 qu’ils rencontrent Francis le Belge, caïd marseillais qui souhaite investir dans l’héroïne. Associés avec Louis Cirillo, capo de la famille mafieuse américaine Genovese, ils entreprennent un commerce de drogue entre France et États-Unis. Un thonier de vingt mètres, le « Caprice des Temps » est équipé pour transporter les cargaisons de drogue sur l’Atlantique. Surveillés par la police, voyageant sans cesse sous de fausses identités, Fiocconi et Kella organisent le transfert de plusieurs milliers de kilos d’héroïne. Laurent Fiocconi est millionnaire à vingt-huit ans. Plusieurs fois arrêté, libéré à plusieurs reprises sous caution, Fioconni est finalement incarcéré une première fois au pénitencier de New York dont il réussit à s’évader en façonnant des clés avec de la mie de pain, et une seconde fois au pénitencier d’Atlanta dont il s’évade grâce à des complices armés de bazookas. Il s’enfuit alors en Colombie, se marie et a un premier fils. Il devient citoyen colombien en 1977 mais sera peu après arrêté pour trafic de Cocaïne. Il s’évadera une troisième fois, quittant la prison de Bogota dans une boîte en carton et par les toits. Toute la famille le suit dans la jungle. Rapidement, il s’impose parmi les Indiens grâce à ses talents de chimiste. Son rendement dans l’extraction de la cocaïne, qui multiplie par trois la production des Indiens, lui vaudra le surnom d’El Mago (le magicien). Repéré par Pablo Escobar, il rejoint l’équipe de ce dernier. De nouveau arrêté, il passera cette fois seize ans en prison. Relâché en 2000, il s’installe en Corse et annonce qu’il prend sa retraite. Il sera néanmoins arrêté plusieurs fois, suspecté de divers trafics. Il sera blanchi à deux reprises avant d’être finalement impliqué en 2015 dans la très médiatique affaire dite "papy connection", trafic de cocaïne entre l'Amérique du Sud et l'Europe.

En savoir plus

  • Un reportage sur Laurent Fioconni par Jcdm Productions

  • Les débuts de la French connection devant les caméras de Paris Match

FERMER

Newsletter

 

Nous publions environ une lettre par mois
Si vous êtes un professionnel du livre, vous pouvez
recevoir une newsletter spécifique à votre activité :

En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir nos emails d'informations par courrier électronique et vous prenez connaissance de notre politique de confidentialité.