ROMAN

16,90 euros - 220 pages

Parution le 23/08/2018

ISBN 978-2-35887-262-1

COLLECTION
LITTÉRATURE

 

 

Tuer Jupiter

François MÉDÉLINE

Le 2 décembre 2018, le corps du plus jeune président de la République française, Emmanuel Macron, rejoint le Panthéon devant les spectateurs du monde entier. Le pays, le gouvernement et ses proches demeurent incrédules face à son assassinat. Ne reste plus qu’à remonter le temps pour suivre les ramifications du complot qui a conduit à cette fin.
Le romancier François Médéline, après dix années passées dans les coulisses de la République, nous offre une fiction politique moderne et percutante. De sa plume explosive, il s'amuse à mettre en scène les grands de ce monde et nous parle du règne de l'image, de pouvoir et de démesure.

ROMAN

16,90 euros - 220 pages

Parution le 23/08/2018

ISBN 978-2-35887-262-1

COLLECTION
LITTÉRATURE

L' Auteur

François MÉDÉLINE

François MÉDÉLINE

Né en 1977 dans la région lyonnaise, François Médéline a suivi des études à Sciences Po Lyon où il sera chargé d’études et de recherches, spécialisé
en sociologie politique et en linguistique. De 2008 à 2017, il sera conseiller, plume puis directeur de cabinet et directeur de la communication de divers élus. Parallèlement, il est l’auteur de deux romans noirs publiés à La Manufacture de livres et scénariste de l’adaptation du roman Pike de Benjamin Whitmer.

Ce qu’en dit la presse

  • Avec cet ouvrage - mi-pamphlet politique, mi-roman politicier - François Médéline est la révélation de cette rentrée littéraire. 

  • François Médéline visite les coulisses d'une scène politique obnubilée par l'image davantage que par l'intérêt général.

  • Une fiction politique irrévérencieuse qui décrit un monde livré à l’irrationnel et au règne de l’image.

    Grégoire Sauvage - RFI - LE LIVRE FRANCE
  • Un OVNI littéraire qui donne à voir la politique autrement.

  • Le résultat est convaincant, drôle et acide. Car François Médéline a le sens de la formule et du détail.

  • Tuer Jupiter témoigne d'une fine connaissance des arcanes du pouvoir et des médias, que l'auteur dépeint avec irrévérence, humour et un ton très rock'n'roll.

  • Un livre qui déroule une foire aux vanités, des scènes formidables. 

    Laurent Goumarre - FRANCE INTER - LE NOUVEAU RENDEZ-VOUS
  • On aurait pu craindre un coup d'éditeur, mais ce roman noir est d'un autre calibre. 

  • Un livre étonnant, hors norme.

    Gilbert Chevalier - FRANCE INFO
  • L'OLNI (objet littéraire non identifié) de la rentrée littéraire. Un récit foutraque et plein de trouvailles.

  • Un roman qui joue avec les codes du genre en l'alimentant de tout ce qui caractérise notre époque. Une satire tragi-comique.

    Tewfik Hakem - FRANCE CULTURE, LE RÉVEIL CULTUREL
  • Ce livre ne nous parle pas de l’assassinat de Macron et autres. Non. Ce livre nous parle de quelque chose de beaucoup plus essentiel : notre rapport à la communication politique et au storytelling. Il nous met face à nos propres responsabilités de consommateurs de cette communication. Bref, un livre salutaire en cette rentrée littéraire.

    Michel Dufranne - RTBF, ENTREZ SANS FRAPPER
  • On retrouve dans Tuer Jupiter les leaders du monde d’aujourd’hui en grandeur nature, avec leurs manies, leurs faiblesses et des façons très personnelles d’exprimer leur pouvoir.

  • Un livre choc à peine moins crédible que le potage médiatique dans lequel Donald Trump - mais aussi Emmanuel Macron - sont en train de nous faire sombrer...

  • C'est la sensation forte de la rentrée littéraire !

  • François Médéline s'octroie tous les droits. Le romancier manie les fake-news avec une dextérité dérangeante tant il connaît les arcanes du pouvoirs.

  • François Médéline manie I'ironie, l'irrévérence et la crudité qui font souvent sourire a la lecture deTuer Jupiter.

  • Ce livre pourrait être l'évènement de la rentrée !

  • Cette fiction dépeint avec humour notre société. Mais pas seulement. L’auteur veut nous faire réfléchir sur notre perception du monde politique.

  • Une libre variation, absolument romanesque, autour des usages nouveaux du pouvoirs, des ambiguïtés de la révolution technologique en cours, de ce nouveau monde dont les buts n'ont, eux, rien de nouveau. Une vraie réflexion sur les impostures et faux-semblants du réel dans un monde voué à sa virtualité.

  • Tuer Jupiter va faire frémir.

  • Le nouveau roman de François Médéline risque de faire grand bruit !

  • Sans conteste le roman le plus moderne de la rentrée, le plus déjanté aussi.

Ce qu’en pensent les libraires

  • Sous ce titre mythologique se cache un court roman jubilatoire pour le lecteur. Thriller politique (on tue notre marcheur en chef), film d’horreur (Gérard Larcher président !!!), comédie de mœurs et de caractère (Collomb -Philippe duo irrésistible), documentaire animalier (au cœur de la famille Trump) tous les genres sont présents sous le patronage stylistique de James Ellroy et de ses phrases- mitraillettes. Sans oublier une savante construction qu’auraient aimée Georges Pérec et l’Oulipo. Un très bon moment de lecture malicieuse qui rend plus supportables les infos politiques à la télévision macronolâtre.

    Cécile Chaffois - Nouvelle Librairie Baume à Montélimar
  • Un roman qui ne laisse pas indifférent ! On plonge dans les hautes sphères du pouvoir et l'on découvre magouilles, combines et intérêts communs. 

    Solveig - La nuit des temps à Rennes
  • Virtuose et chirurgical, un roman saisissant !

    Pascal Thuot - Millepages à Vincennes
  • François Médéline frappe fort en imaginant l'assassinat de notre chef d'état afin de questionner notre rapport de fascination/répulsion au pouvoir, aux médias et à l'image.

    Véronique Marro - Mollat à Bordeaux
  • Un texte plein de malice et de finesse dans lequel les personnages de la vie publique et politique en prennent pour leur grade. Mais là n'est pas uniquement le sens de ce roman car ce sont essentiellement les rouages de la politique et de la géopolitique qui sont ici habilement dépeints. Avec beaucoup d'humour et sa plume acerbe François Médéline nous transporte au cœur d'un monde qu'il connaît bien. Magnifique.

    Roland - Gibert Joseph de Vaulx-en-Vélin
  • Réjouïssant ! Une fiction politique impossible à lâcher par un auteur bien informé.

    Philippe Touron - Le Divan à Paris
  • François Médéline orchestre un récit à rebours diablement efficace et une charge satirique terrible !

    Allan Viger - Les cordeliers à Romans-sur-Isère
  • Une fiction stupéfiante et terriblement réaliste, courageuse et audacieuse.

    Marion - Forum du livre de Besançon
  • Polar ultra réaliste, fiction politique, le dernier Médéline trouble tant par sa structure que son propos. Lu d'une traite, il fait penser à Manchette.

    Olivier - La Virevolte à Lyon
  • Une leçon jubilatoire de géopolitique et de politique intérieure.

    Bruno - Librairie de la Renaissance à Toulouse
  • Tuer Jupiter montre qu’il ne faut parfois pas se satisfaire des évidences et telle une enquête journalistique, ouvre les portes fermées, tire les rideaux clos, et nous plonge au cœur de la géopolitique mondiale où tous les coups sont permis.

    Vaux livres à Vaux-le-Pénil

FERMER

Lundi 3 décembre 2018
TWITTER DATACENTER :
la vérité ultime
Atlanta
À 00 h 00 (heure locale)


Donald J. Trump ✔ 
@realDonalTrump
God bless @EmmanuelMacron. Make Freedom Great Again ! #RIPEM #France #Eternity
18 h 53 – 2 dec. 2018
1 523 412 Retweets 999 666 J’aime


Gérard Collomb ✔
@gerardcollomb @EmmanuelMacron admirait le Gal de Gaulle.
Il aura marqué son siècle tel JFK. Il était est et sera pour tjs la France. #RIPEM
17 h 21 – 2 dec. 2018
3 556 Retweets 2 222 J’aime

En Marche ✔
@enmarchefr
@EmmanuelMacron est mort Vive @EmmanuelMacron ! Tous orphelins mais avec un avenir à la hauteur de notre Président. #RIPEM #PEACE
14 h 21 – 2 dec. 2018
1 231 Retweets 542 J’aime


Élysée ✔
@Elysee
Retrouvez l’intégralité de l’éloge funèbre du ministre d’État, ministre de l’Intérieur @gerardcollomb place de la Concorde. #RIPEM
12 h 46 – 2 dec. 2018
2 789 Retweets 830 J’aime


Emmanuel Macron ✔
@EmmanuelMacron
Merci à ts les chefs d’État et au + de 2 millions de personnes unies à Paris pr rendre hommage au Prsdt MACRON et célébrer la PAIX. #RIPEM
11 h 31 – 2 dec. 2018
567 946 Retweets 235 769 J’aime


Brigitte Macron
@jesuiscommechui
Mon Emmanuel, je l’aime encore ! Et c’est le moment pour moi d’aller le trouver au paradis. #Kiss #Kiss #RIPEM
09 h 23 – 2 dec. 2018
3 459 Retweets 5 787 J’aime

 

 


Dimanche 2 décembre 2018
DE TOUS LES DIEUX :
la porte du paradis
Paris
À partir de 13 h 02 (heure locale)


Le DS7 Crossback vira à gauche sur le quai des Tuileries et se plaça au coeur du triangle isocèle formé par les vingt-huit motocyclistes de la Garde républicaine. Un véhicule de combat d’infanterie version VPC de la 7e Brigade Blindée avec huit hommes et un cercueil dans le ventre suivit les rubans incolores tracés dans la neige par les quatre roues du sport utility vehicule et les cinquante-six roues des Yamaha FJR 1300.
L’itinéraire du cortège mortuaire avait été nettoyé, les quais évacués. Aucun véhicule, aucun humain, aucune feuille d’arbre, aucun chien, aucun papier, aucune affiche. Propre. Seuls quarante-deux hommes et une femme pouvaient évaluer au sol l’instant capté dans les airs par le drone multirotor OnyxStar FOX-C8-HD.
Le cortège redémarra. Claire Arnoux précisa sur BFM :
« Brigitte Macron a souhaité que le cercueil drapé aux couleurs de la nation soit à l’intérieur
du véhicule, avec les soldats, alors qu’il était disposé sur le blindé au départ de la Boisserie pour les obsèques de Charles de Gaulle, quand le Général avait permis que les hommes et les femmes de France et d’autres pays du monde fassent à sa mémoire un dernier hommage avec les yeux mais dans le silence. »
Le président Larcher examina ses ongles manucurés.
Il vit le ciel se diluer dans la Seine. Brigitte Macron chercha à décoder la signature République française du tableau de bord au-dessus des genoux du capitaine du GSPR, un gars de 2,13 m et 142 kg qui faisait du 52 de pointure. La signature était beige et assortie à la toile de laque. Le garde du corps était noir et assorti à personne. Le chauffeur s’inquiétait de son rétroviseur central, du petit mec à képi bleu posté derrière le canon de 25 qui semblait déterminé à défoncer la vitre du hayon arrière et de son clone dont un sommet de tête à peine dépassait vers l’avant des huit mètres de métal vert, marron, kaki.

FERMER

Newsletter

 

Nous publions environ une lettre par mois
Si vous êtes un professionnel du livre, vous pouvez
recevoir une newsletter spécifique à votre activité :

En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir nos emails d'informations par courrier électronique et vous prenez connaissance de notre politique de confidentialité.